Les candidats au brevet professionnel « pêche de loisir » en visite à l’AAPPMA Les Pêcheurs Clairvaliens

Photo BP peecheUne bonne nouvelle pour la pêche dans le Jura, le brevet professionnel JEPS, spécialité éducateur sportif, mention pêche de loisir, sera  délivré à partir de 2019 dans le Jura, au Centre de Formation Professionnelle pour Adultes de Montmorot, sous la responsabilité de Monsieur William PELLETIER. Une rencontre avec Les Pêcheurs Clairvaliens a été organisée le 16 octobre. Celle-ci a eu lieu dans les locaux de l’AAPPMA. A cette occasion le président de l’AAPPMA et les membres du CA présents ont eu le plaisir de revoir Jean-François Froger, responsable de la formation à la Maison Nationale de l’Eau et de la Pêche d’Ornans (Doubs). Dans le passé et pendant de nombreuses années, Monsieur Froger a rendu visite avec des stagiaires du brevet professionnel pêche de loisir, alors délivré à Ornans, à l’AAPPMA Les Pêcheurs Clairvaliens et mis en place une fructueuse collaboration avec celle-ci. Il intervient désormais dans la formation donnée au CFPPA de Montmorot.

La réunion du 16 avait pour objet de présenter l’AAPPMA aux stagiaires et de réfléchir à une collaboration. Une organisation de la fête de la pêche avec présentation de la  faune des lacs et rivières et ateliers de démonstration des différentes techniques de pêche a été évoquée. Mais d’autres actions sont possibles, comme une intervention dans l’atelier pêche nature des Pêcheurs Clairvaliens. Le président a précisé que les locaux de l’AAPPMA pouvaient être mis gratuitement à disposition des stagiaires.

INFORMATIONS

CONTRAT DE RIVIERE

Initié pour lutter contre la dégradation des cours d'eau et des lacs du bassin supérieur de l'Ain, le contrat de rivière Ain-Amont a été retardé par la mise en place progressive de la compétence GEMAPI (Gestion des Milieux aquatiques et Protection contre les Inondations) décidée par la loi NOTRE (Nouvelle Organisation Territoriale de la République) votée en 2015. La compétence GEMAPI est attribuée en 2019 sur notre territoire au Parc Naturel Régional du Haut-Jura, connu pour son engagement dans plusieurs projets de restauration de milieux aquatiques dégradés. C'est donc le Parc Naturel Régional du Haut-Jura qui mettra en oeuvre plusieurs projets ambitieux concernant les parcours de l'AAPPMA "Les Pêcheurs Clairvaliens".

Lire la suite

DES PROJETS POUR LES LACS

Trois plans d'eau sont concernés par un programme dont le but est de permettre un meilleur fonctionnement de l'écosystème aquatique: le lac de l'Assencière; le lac de Bonlieu; le Grand Lac de Clairvaux. Pour les deux premiers, le maître d'ouvrage sera le Parc Naturel Régional du Haut-Jura. Ces trois plans d'eau ont en commun d'avoir subi de multiples aménagements, parfois anciens, qui ont fait baisser leur niveau et dégradé les zones humides qui leur sont associées. Le retour à un régime hydrologique naturel des lacs et la restauration des marais garantira le développement d’une végétation de zone humide saine et fonctionnelle. Le fonctionnement lacustre et la qualité des habitats aquatiques et amphibies s’en trouveront également largement améliorés. 

Lire la suite

ZONES HUMIDES

Les milieux humides sont des terres recouvertes d'eaux peu profondes ou bien imprégnées d'eau de façon permanente ou temporaire. Les principaux types de milieux humides continentaux sont les sources et suintements, les tourbières, les mares naturelles, les landes, les prairies, les fourrés et forêts humides, ainsi que les bordures de lacs naturels, les cours d'eau et les annexes hydrauliques.  Les milieux humides abritent d’innombrables espèces de plantes et d’animaux : 50% des espèces d’oiseaux en dépendent ; ils sont indispensables à la reproduction des batraciens et la plupart des espèces de poissons ; 30% des espèces végétales remarquables et menacées en France y sont inféodées.  (Source: Eaufrance - zones-humides.org) Enfin, ils fournissent un bien précieux à l’homme : l’eau, qu'ils retiennent, permettant ainsi de limiter les inondations; inversement, en période de sécheresse, cette réserve d'eau permet de limiter les étiages.

Lire la suite

ATELIER PÊCHE NATURE

Appelé d'abord "école de pêche", l'Atelier Pêche Nature de l'AAPPMA "Les Pêcheurs Clairvaliens" a été fondé il y a plus de 20 ans par le président Jean-Paul Jacquemin. Placé sous la responsabilité de Jean-Pierre BARTHET, instituteur retraité, assisté de bénévoles, avec la participation d'un professeur de biologie et d'un inspecteur de l'environnement de l'Agence Française de la Biodiversité,  il a des objectifs qui vont bien au-delà de la maîtrise des techniques de pêche. Connaître les milieux aquatiques et les espèces qu'ils hébergent en montrant leur interdépendance, comprendre la fragilité de ces milieux et la nécessité de leur protection, découvrir la réglementation de la pêche et son bien-fondé, sont d'autres points essentiels du programme déroulé pendant neuf semaines pour 10 participants dont l'âge s'échelonne entre 10 et 14 ans. La diversité et la proximité des parcours de l'AAPPMA sont un élément très favorable au fonctionnement de cet atelier pêche nature. Installé dans les locaux au bord du Drouvenant, affluent de l'Ain, l'atelier peut aisément se déplacer sur les bords du Grand Lac de Clairvaux, de la retenue de Vouglans, ou même du lac de Bonlieu.

Une contribution très modique est demandée aux participants. La carte de pêche est offerte et le matériel fourni par l'AAPPMA.

Lire la suite

LE CLASSEMENT DE LA RETENUE DE VOUGLANS: PREMIÈRE OU DEUXIÈME CATÉGORIE ?

La retenue de Vouglans doit-elle rester classée en première catégorie?

Une note technique rédigée par l'Agence Française de la Biodiversité apporte une réponse claire.

Cette note a été communiquée aux membres de la commission grands lacs intérieurs de montagne du Jura réunie en décembre 2018. Elle analyse l'évolution du peuplement piscicole du lac de Vouglans à partir de deux campagnes d'échantillonnage réalisées en 2008 et 2014.

En 2014, le peuplement piscicole du lac de Vouglans est composé de 16 espèces.

L'échantillon est dominé sur le plan numérique par le gardon et la perche commune qui totalisent 84% des captures. Sur le plan pondéral, elles représentent 56% de l'échantillon, suivies par le silure et le sandre.

Le peuplement de la retenue de Vouglans est remarquable sur le plan de la diversité spécifique, mais incomplet en raison de l'absence de la truite commune de forme lacustre, du goujon, de la bouvière et du vairon, espèces exigeantes en termes de qualité du milieu.

L'omble chevalier, salmonidé de lacs profonds et de bonne qualité, introduit par deux fois (années 1980-1990 et 2011) ne semble pas s'être implanté.

La population de corégones est à un niveau assez faible et diminue entre 2008 et 2014.

Le brochet est présent dans des quantités très basses. Le sandre semble régresser entre 2008 et 2014 en terme de rendements pondéraux avec la capture de sujets de plus petite taille en 2014.

Lire la suite